ubuntuUpdate1

Cycle de developpement : premières décisions officielles

Après une réunion du conseil technique d’Ubuntu, différentes propositions concernant le cycle de développement et de soutien d’Ubuntu ont été discutées, et un premier lots de décisions ont été prises.

Seules les propositions avancées par Mark Shuttleworth, le fondateur d’Ubuntu, étaient à l’agenda de la dernière réunion du conseil technique. Les membres du conseil présents à la réunion (Matt Zimmerman, Colin Watson et Stéphane Graber), ainsi que d’autres acteurs de la communauté, les ont évaluées. Puis, des décisions ont été prises au cours de trois votes, qui ont tous été acceptés à 3-0.

 

Période de maintenance réduite à partir d’Ubuntu 13.04

La durée de la période de maintenance des versions régulières d’Ubuntu a été évaluée au cours de deux votes.

Le premier vote était à savoir si la proposition de diminuer cette période devait être acceptée et, dans l’affirmative, combien de temps cette période devait durer. Suite au vote, les distributions régulières, publiées tous les six mois, vont voir leur cycle de maintenance modifié : elles seront soutenues seulement neuf mois. Cette décision a été prise afin de décharger les développeurs d’une surcharge de travail de maintenance, pour qu’ils puissent se concentrer sur les plus récentes avancées. Ce changement suppose que les utilisateurs des versions régulières mettront à niveau leur distribution sur une base fréquente, tout en laissant une période de grâce de trois mois pour migrer vers la version ultérieure.

Le second vote concernait le moment où cette nouvelle décision allait prendre effet. Certains mainteneurs ont avancé, lors des discussions, que le plus tôt serait le mieux ; ainsi, ils désiraient que la durée réduite de la maintenance soit rétro-portée à Ubuntu 12.10. Le comité technique s’est opposé à cette suggestion, puisque cela reviendrait sur une promesse faite aux utilisateurs quant à la durée de vie de cette version d’Ubuntu. Plutôt, il a été convenu à l’unanimité que le nouveau cycle de maintenance débuterait avec la prochaine Ubuntu 13.04, à venir en avril.

À noter que cette modification ne s’appliquera qu’aux versions régulières d’Ubuntu. Les versions LTS continueront d’être soutenues sur une période prolongée de cinq ans.

 

Suivre continuellement la version de développement

Enfin, le troisième point abordé à la réunion était l’accès continu aux dernières versions de développement. À l’issu des discussions, il a été convenu qu’un mécanisme sera mis en place afin de rendre possible d’avoir toujours à disposition la plus récente version de développement sans avoir à effectuer de mise à niveau.

Ce ne sera toutefois pas une « vraie » version en développement continu (rolling release). En fait, si la manière d’implanter la chose n’est pas encore entièrement définie, il semblerait qu’elle s’enligne pour être simplement un dépôt « virtuel » qui sera en réalité un lien symbolique constamment mis à jour vers le dépôt de la dernière version en cours de développement. Cependant, le comité technique s’est contenté de voter — favorablement — sur la proposition « Permettre aux utilisateurs de suivre continuellement la version de développement sans avoir à explicitement faire une mise à niveau » ; le mécanisme sera évalué plus tard, possiblement par d’autres comités, tels celui responsable de la gestion des dépôts officiels.

 

D’autres décisions à venir

Ces décisions prises par le conseil technique sont finales — à tout le moins, pour ce cycle de développement. Pour qu’elles soient discutées à nouveau, il faudra que quelqu’un les ramène sur la table plus tard, dans un autre cycle de développement.

Par contre, on attend encore que d’autres décisions soient prises d’ici un an. Il est notamment question d’offrir sur les versions LTS des mises à jour plus importantes pendant leur période de maintenance, afin d’éviter que ces versions ne deviennent obsolète trop rapidement. Il est ici question de rendre plus flexible l’acceptation de nouvelles versions des logiciels phares (LibreOffice, Firefox, The GIMP…), mais aussi du rétro-portage d’éléments centraux au système, tels l’interface Unity.

Pour Ubuntu, il s’agit en effet de répondre a plusieurs contraintes. D’un côté, les comités doivent tenir compte des besoins des utilisateurs, que ce soit les particuliers du grand public ou les professionnels en entreprise. De l’autre côté, ils doivent tenir compte des besoins des partenaires, comme les assembleurs d’ordinateurs (OEM) et les formateurs. Il faut aussi faire entrer dans l’équation les contraintes liées à la convergence d’Ubuntu sur poste de travail, tablette et smartphone. Enfin, et ce n’est pas le moins important, il est nécessaire que l’ensemble des comités et des équipes internes d’Ubuntu soient en mesure de suivre le rythme choisi et puisse s’adapter aux futures évolutions.

Beaucoup d’autres annonces sont à prévoir dans les prochains mois. Nous attendons la suite avec impatience!

4 réflexions sur “ Cycle de developpement : premières décisions officielles ”

Laisser un commentaire