Ubuntu : un nouveau cycle

Le cycle de sortie des versions d’Ubuntu pourrait fortement changer. Beaucoup d’implications et beaucoup de questions…

Depuis plusieurs mois les équipes travaillant sur Ubuntu ont réalisé de profonds changements dans le développement d’Ubuntu, un travail de fond peu visible pour l’utilisateur. On assiste ainsi depuis plus d’un an à de gros efforts pour améliorer fortement la qualité générale et la stabilité, les dernières évolutions ont permis d’automatiser fortement les processus de tests, permettant d’arriver à une publication journalière de la version de développement et des logiciels associés à Ubuntu.

Cette évolution a permis de faire sauter quelques barrières. Il n’y a donc plus de version alpha et seulement une version bêta. De ce fait, les testeurs des versions de développement ont depuis quelques mois des mises à jours journalières tout en gardant une très bonne stabilité générale.

 

UDS via internet

Nouveau jalon important, l’UDS (Ubuntu Developper Summit) qui avait lieu tous les six mois, se voit transformé. Il n’y aura plus de rendez-vous réel mais des « minis » UDS tous les trois mois sur internet. Les développeurs perdront sûrement un peu en convivialité et ils vont perdre l’opportunité de renforcer les liens en équipe, mais l’ensemble devrait devenir un peu plus transparent et les réunion se feront dorénavant via Google Hangout.

C’est aussi un moyen pour Canonical de faire quelques économies pour concentrer leurs ressources sur les projets les plus importants.

Le premier UDS en ligne devrait avoir lieu la semaine prochaine entre le 5 et le 7 mars.

 

Cycle de développement et de publication

Ce premier UDS devrait être l’occasion de prendre une décision sur une nouvelle proposition qui pourrait faire évoluer fortement l’organisation d’Ubuntu. En effet, le nouveau rythme de développement est beaucoup plus fluide, la nécessité pour Ubuntu d’offrir des solutions cohérentes et l’arrivée des solutions pour smartphones et tablettes sont l’occasion de repenser comment s’organise le développement d’Ubuntu et la publication de ces versions. C’est donc le directeur de l’ingénierie Rick Spencer, qui a relancé cette proposition très sérieuse…

Il rappelle ainsi que les versions LTS sont devenues de plus en plus importantes et sont maintenant des versions de références pour beaucoup. Aussi bien pour les entreprises que pour les utilisateurs. En conséquence, les versions intermédiaires ont perdues beaucoup de leur intérêt alors qu’elles demandent un gros effort de maintenance pour les développeurs.

Avec l’arrivée de la convergence entre tablette, smartphones, TV  et PC, on assiste en quelques sorte à la naissance d’un Ubuntu nouvelle génération (ou 2.0 ^_^). Avec une conséquence inattendue : la version Desktop 13.04 qui ne bénéficiera pas de ces nouveautés et donc qui est déjà dépassée avant d’être sortie…

La proposition serait donc de garder et renforcer les version LTS supportées durant plusieurs années et qui sortent tous les deux ans. Les versions intermédiaires seraient tout simplement supprimées et remplacées par une version de développement mise à jour quotidiennement, avec une version stabilisée tous les mois. Les utilisateurs normaux resteraient ainsi sur les versions LTS. Les testeurs et développeurs pourraient quant à eux, soit passer sur la version mise à jour de manière journalière, soit pour les moins aventureux, la version publiée tous les mois.

Pour les développeurs, ce cycle permettrait d’offrir encore un peu plus de fluidité dans leur travail et ils auront moins de maintenance à faire.

Pour les différentes communautés qui supportent Ubuntu, les choses seraient également simplifiées, le support étant limité au maximum à deux versions LTS en même temps.

———-

Source : Archives de Lists.ubuntu.com

5 réflexions sur “ Ubuntu : un nouveau cycle ”

  1. Si je résume bien :
    – Une LTS toutes les deux ans (comme on le connait déjà)
    – Les versions que l’on avait tous les 6 mois sont remplacer par une version de développement en continu (rolling release, j’ai envie de dire), avec un ‘snapshot’ tous les mois.

    C’est vrai que c’est plus clair, utilisateur lamba = LTS, geek = version de dev.

  2. Je pense que cette nouvelle direction va dans le bon sens. Étant technophile, j’apprécie malgré tout de pouvoir travailler tous les jours sur un OS stable et performant et faire des mises à jour tous les 6 mois ne se justifiait plus à mon sens.

  3. Oui très bien. Par contre attention à la diffusion des sorties de nouvelles versions mensuelles et bien insister sur le fait qu’elle ne sont pas stables. En effet je vois à chaque sortie de version « ronde » de LibreOffice (la 4.0 pour la dernière) des critiques sur la stabilité de la part de gens qui n’ont pas compris qu’il faut attendre la 4.0.2 mini voire la 4.0.3 pour une utilisation en production. Peut être la faute aux annonce des sites d’information technique (que je ne citerai pas…) qui ne mettent pas assez en garde les utilisateurs! Mais dans cette affaire LibreOffice devrait également faire attention. Tout ça pour dire qu’Ubuntu devra avoir une bonne clarté dans les annonces et les versions pour éviter les critiques et la fuite des utilisateurs. Ceci dit je pense que c’est une bonne chose par rapport à la situation actuelle.

Laisser un commentaire