Session GNOME classique

Retrait de la session classique dans GNOME 3.8

Le mode alternatif (fallback mode), mieux connu en tant que session GNOME classique, ne sera plus inclus dans GNOME 3.8, la prochaine itération stable de l’environnement bureautique. Une décision qui ne devrait pas impacter directement la prochaine mouture d’Ubuntu, mais certainement la suivante.

Le mode alternatif, c’est celui composée de tableaux de bord horizontaux (GNOME Panels) dans lesquels viennent se greffer liste de fenêtres, menus contextuels, lanceurs et autres appliquettes. Ce paradigme mis de l’avant dans GNOME 2.x a été abruptement abandonné lors de la conception de GNOME 3.x, au profit de GNOME Shell. Les tableaux de bord ont néanmoins été portés pour fonctionner dans l’environnement GNOME 3.x, pour permettre à l’environnement GNOME de fonctionner dans des ordinateurs qui ne disposent pas de la capacité d’accélération graphique. Selon le projet GNOME, certaines distributions ont étiqueté la chose par erreur comme étant une « session classique », donnant l’impression que celle-ci était conçue pour rester. Le mode alternatif a toujours été considéré par le projet GNOME comme un développement temporaire, en attendant les technologies qui rendraient son existence obsolète.

C’est donc chose révolue, puisque désormais GNOME Shell peut utiliser le pilote logiciel llvmpipe, qui permet le rendu à l’écran d’éléments tridimensionnels dans un environnement n’ayant pas l’accélération matérielle.

La page des caractéristiques de GNOME 3.8 mentionne quelques-unes des raisons derrière cette idée d’abandon du mode alternatif. La raison principale et la plus importante est que ce mode est uniquement entretenu par de la maintenance ; aucune nouveauté ni développement actif n’est prodigué à la session GNOME classique. Parmi les autres raisons, on retrouve les suivantes :

  • peu de développeurs testent activement le mode alternatif, ce qui fait en sorte qu’il n’a pas la même qualité que GNOME Shell ;
  • plusieurs applications, comme le lecteur vidéo Totem et le logiciel de capture par webcam Cheese, ne fonctionnent plus dans le mode alternatif ;
  • des changements dans l’architecture de GNOME et des programmes nécessitent des efforts supplémentaires pour s’assurer de la compatibilité avec le mode alternatif.

Arrêter le développement du mode alternatif signifie aussi l’arrêt du développement de plusieurs modules de GNOME, comme Metacity, les appliquettes et GNOME Screensaver. Une telle décision aura un impact sur d’autres environnements de bureau : Unity, LXDE et XFCE font eux-aussi usage de certains des modules affectés, comme GNOME Settings Daemon pour la zone de notifications. En contrepartie, d’autres modules de GNOME 3.x, comme le centre de contrôle, Nautilus et le gestionnaire de sessions GDM, pourront être simplifiés.

Ce changement dans GNOME 3.8 n’affectera pas immédiatement les utilisateurs d’Ubuntu, puisque la prochaine mouture — 13.04 «The Raring Ringtail » — sera encore fournie avec GNOME 3.6. Cependant, les versions suivantes seront concernées par cette décision.

Via WebUpd8, live.gnome.org et la liste de diffusion du projet GNOME

3 réflexions sur “ Retrait de la session classique dans GNOME 3.8 ”

    1. GNOME, en tant que projet, continue d’exister. Il s’agit toujours de la même équipe, une continuation du projet. On retrouve de nombreuses bibliothèques et de nombreux logiciels — Nautilus, Empathy, Totem, GDM… — qui sont toujours développés. D’autres s’ajoutent à la collection — Mutter, Clutter, GNOME Shell… D’autres, au fil du temps, sont abandonnés; ce sera le cas de GNOME Panel.

      Un logiciel abandonné par le projet GNOME n’est pas nécessairement voué à disparaître. Tout ce qu’il faut, c’est quelqu’un pour le maintenir et le développer. On peut penser entre autre à Sawfish, qui était le gestionnaire de fenêtres de GNOME 1.x. Il a été remplacé dans GNOME 2.x par un autre gestionnaire de fenêtres, Metacity. Sawfish est-il devenu un projet mort? si je me fie à Wikipedia, la version 1.9.0 de Sawfish est sortie au mois de juin dernier. Le développement continue.

      Si les projets changent de direction à certains moments, ça ne plaît pas à tous les utilisateurs. Ce qu’il y a d’extraordinaire avec les logiciels libres, c’est qu’on peut récupérer le code des logiciels, les retravailler et les publier à nouveau.
      C’est ce qu’ont fait des mécontents de la nouvelle direction prise par le projet GNOME. Certains sont repartis sur d’anciennes bases et ont fondé le projet MATE, avec son MATE Desktop (http://www.mate-desktop.org). D’autres ont préféré construire sur la base neuve, mais dans une autre direction; c’est ce qu’a fait Linux Mint avec d’abord ses MGSE, puis l’interface Cinnamon (http://cinnamon.linuxmint.com).

Laisser un commentaire